MICHELIN Voyage Découvrez le monde avec LeGuideVert
Accueil > > > > > Histoire Belgique, Luxembourg

Partir en Belgique

Où Dormir ?

Voir les 1469 Hôtels Belgique, Luxembourg

Bons plans hotels Belgique, Luxembourg

Voir tous les Bons Plans Hôtels Belgique, Luxembourg

Histoire

Agrandir la carte

Histoire

Née officiellement en 1830, la Belgique aura connu, durant les siècles précédents, moult tutelles étrangères. Au 15e siècle, aux mains des ducs de Bourgogne, elle vit un véritable âge d’or, tant sur le plan artistique qu’économique. Sous l’ère espagnole, elle voit les dix-sept provinces des Pays-Bas se désunir, et son futur cadre territorial se dessiner. La Belgique doit encore passer sous la domination successive des Autrichiens, des Français et des Hollandais avant de conquérir définitivement son indépendance. Mais à peine réalisée, l’unité entre Wallons et Flamands qui lui a donné naissance apparaît bientôt comme un défi permanent à la continuité du pays. Et la transformation de la Belgique en un État fédéral à la fin du 20e siècle ne fait qu’officialiser la fracture linguistique et communautaire qui n’a cessé de ressurgir tout au long de son histoire mouvementée.


Celtes et Romains

Avant J.-C. – Les Belges, d’origine celtique, résistent vainement à Jules César, qui les soumet en 57. Trois ans plus tard, une révolte des Éburons, conduits par Ambiorix, est réprimée.

1er au 3e s.Paix romaine : la Belgique actuelle est partagée en 3 provinces romaines : Belgique Première (capitale Trèves), Belgique Seconde (Reims), Germanie Seconde (Cologne). Tongres et Tournai sont des villes importantes.

4e -5e s . – Invasions barbares : des Francs s’installent en Toxandrie (Campine) et au Luxembourg. C’est la première évangélisation.


Des Mérovingiens à la féodalité

5e s. – Tournai passe sous la domination des Francs Saliens. Childéric, père de Clovis, donne naissance à la dynastie mérovingienne. Clovis, après sa conversion, fait de Tournai le siège d’un évêché.

7e s. – Seconde évangélisation. Éclosion de grandes abbayes.

843Traité de Verdun : partage de l’Empire carolingien entre la France à l’ouest de l’Escaut, la Germanie et, entre les deux, un territoire étroit allant de la mer du Nord à la Méditerranée attribué à Lothaire Ier. À la mort de ce dernier, son territoire est partagé en trois : Italie, Bourgogne et Lotharingie dont les limites correspondent à peu près à la Belgique actuelle sans la Flandre (qui dépend de la couronne de France).

862 – Baudouin Bras-de-Fer devient premier comte de Flandre .

962 – La Lotharingie est rattachée au Saint Empire romain germanique.

963 – Un seigneur mosellan, Sigefroi, fonde le comté de Luxembourg.

980Notger , prince-évêque de Liège , acquiert le pouvoir temporel sur son territoire.

Début 11e s. – La Flandre s’agrandit aux dépens des territoires de l’Empire : c’est la Flandre impériale. Le comte de Flandre est à la fois vassal du roi de France et de l’empereur.

12e-13e s.Émancipation des villes flamandes : du 12e au 14e s., le fait marquant est l’essor du commerce, notamment dû au tissage de la laine. La richesse des cités donne naissance à une autonomie communale. C’est l’âge d’or de Bruges. Bien que vassale du roi de France, la Flandre a partie liée dans son activité économique avec l’Angleterre et l’Empire germanique et il y a scission entre le peuple qui voit son intérêt économique, et les nobles soutenus par les Français. Le roi de France Philippe Auguste a de grandes prétentions sur les États du Nord et une coalition se forme contre lui : les Flamands sont soutenus par le roi anglais Jean sans Terre et l’empereur germanique Othon IV, mais en 1214 Philippe Auguste sort vainqueur de la bataille de Bouvines dont le grand perdant est le comte de Flandre Ferrand.

1300Philippe le Bel annexe la Flandre, mais la population se révolte et le 11 juillet 1302 la bataille des Éperons d’or se termine par la victoire du peuple flamand sur la chevalerie française de Philippe le Bel.

1308Henri VII de Luxembourg devient empereur germanique.

1337 – La guerre de Cent Ans éclate entre la France et l’Angleterre. Révolte à Gand.

1354 – Le comté de Luxembourg est érigé en duché.

1369 – Le duc de Bourgogne Philippe le Hardi épouse Marguerite de Male, fille du comte de Flandre Louis de Male.


Tutelle étrangère

Les ducs de Bourgogne

1384 – À la mort de Louis de Male, Philippe le Hardi hérite de ses possessions et la Flandre devient alors partie du duché de Bourgogne.

1429-1477 – Règne des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire : une grande période de prospérité. Au moment de son mariage avec Isabelle de Portugal, Philippe le Bon fonde l’ ordre de la Toison d’or . Par l’acquisition du Luxembourg en 1441, il complète l’unification des « pays de par-deçà » (par opposition avec la Bourgogne, pays de par-delà). Les ducs de Bourgogne sont entourés d’une somptueuse cour, incomparable centre d’art.

En 1468, Charles le Téméraire détruit Liège révoltée et annexe la principauté. À sa mort en 1477, sa fille Marie de Bourgogne hérite de ses possessions et se marie avec Maximilien d’Autriche. L’aigle bicéphale prend la place de l’écusson bourguignon.

Les Habsbourg

1482-1519 – À la mort de Marie de Bourgogne, Maximilien devient régent des Pays-Bas (nom donné par opposition au Pays Haut, haute Allemagne, son pays). En 1494, Maximilien abandonne les Pays-Bas à son fils Philippe le Beau . En 1496, celui-ci épouse Jeanne, fille des Rois Catholiques d’Espagne. En 1500 à Gand naît leur fils Charles, le futur Charles Quint . Celui-ci est élevé en Flandre en partie par sa tante, Marguerite d’Autriche , fille de Maximilien, qui gouverne après la mort de Philippe le Beau en 1506.

1519-1555Le règne de Charles Quint : à la mort de Maximilien, Charles Ier roi d’Espagne devient l’empereur Charles Quint. Son empire « où le soleil ne se couche jamais » comprend les possessions bourguignonnes, l’Empire autrichien et l’Espagne avec toutes ses colonies d’Amérique et d’Asie. Il agrandit le territoire des Pays-Bas vers le nord et vers le sud. En 1548, Charles Quint érige en « cercle de Bourgogne » avec Bruxelles pour capitale, la Franche-Comté et les Dix-Sept provinces des Pays-Bas.

Le régime espagnol

1555-1598Règne de Philippe II d’Espagne : en 1555, Charles Quint renonce aux Pays-Bas en faveur de son fils Philippe II. Autant Charles Quint était attaché à son pays d’origine et l’avait protégé, autant son fils est avant tout espagnol. Ce fervent catholique lutte contre les iconoclastes protestants qui ravagent les églises catholiques. Sous son règne explose le sentiment national des Pays-Bas, et la lutte pour les libertés politiques va de pair avec la lutte des calvinistes pour la tolérance religieuse. En 1567, le duc d’Albe , Espagnol qui avait été nommé gouverneur des Pays-Bas, est envoyé par Philippe II pour extirper l’hérésie calviniste et lutter contre la révolte des Pays-Bas. C’est alors que se situe l’exécution des comtes d’Egmont et de Hornes à Bruxelles. En 1576 à Anvers se déchaîne la « furie espagnole », suivie par celle de Gand. Philippe II est alors obligé de concéder la pacification de Gand libérant les Dix-Sept provinces des Pays-Bas des troupes espagnoles. En 1579, après que la confédération d’Arras eut réuni les provinces catholiques qui ont choisi de demeurer dans l’obédience espagnole, les provinces protestantes forment l’ union d’Utrecht (sept provinces des actuels Pays-Bas), puis la république des Provinces-Unies.

1585 – chute d’Anvers ; scission définitive entre les Pays-Bas du Nord et du Sud.

1598-1621 – Règne des archiducs Albert et Isabelle , fille de Philippe II.

1648 – Par le traité de Münster , Philippe IV d’Espagne reconnaît l’indépendance des Provinces-Unies et leur cède le nord du Brabant, le nord du Limbourg et la Flandre zélandaise. Le cadre territorial de la future Belgique se dessine.

1659-1678 – Le traité des Pyrénées entre la France et l’Espagne fait passer l’Artois sous la souveraineté française et décide du mariage de Louis XIV et Marie-Thérèse d’Espagne. Celle-ci, d’après une coutume du Brabant favorisant les enfants du premier lit, devrait hériter par sa mère de toute cette région. Louis XIV déclare en 1663 la guerre de Dévolution aux Pays-Bas espagnols pour récupérer l’héritage de sa femme. Il annexe alors le sud de la Flandre (Lille). La Triple-Alliance arrête cette guerre qui se termine par le traité d’Aix-la-Chapelle . Mais Louis XIV, en 1672, déclare la guerre de Hollande , qui s’achève par le traité de Nimègue en 1678 ; la Flandre et le Hainaut sont alors amputés.

Les Pays-Bas autrichiens

1701-1713Guerre de Succession d’Espagne . Charles II d’Espagne est mort sans descendance et laisse comme héritier Philippe d’Anjou, petit-fils de sa sœur Marie-Thérèse et de Louis XIV. Mais l’Angleterre, la Hollande, le Danemark et les princes allemands appuient l’archiduc d’Autriche contre la France pour qu’il obtienne la succession.

1742-1748 – Guerre de Succession d’Autriche : Louis XV envahit les Pays-Bas du Sud et, par le traité d’Aix-la-Chapelle, ceux-ci sont à nouveau annexés à l’Autriche.

1780-1789 – Le despotisme éclairé de l’ empereur Joseph II ne tient pas compte des particularismes locaux, ce qui suscite une révolte de la part des populations : le fait national belge devient une réalité. En 1789, la révolution brabançonne chasse les Autrichiens et réunit à Bruxelles les états généraux. Les Autrichiens sont expulsés temporairement.

La domination française

1795 – Après les victoires de Jemappes (1792) et de Fleurus (1794), la France républicaine annexe les Pays-Bas autrichiens et la principauté de Liège. Elle institue neuf départements qui deviendront les neuf provinces.

Le royaume des Pays-Bas

1814 – Chute de Napoléon. Les Pays-Bas du Nord et du Sud forment le royaume des Pays-Bas dont le souverain Guillaume Ier devient en outre grand-duc du Luxembourg.

1815Bataille de Waterloo suivie par le congrès de Vienne . Eupen et Malmedy sont alors attribués à la Prusse.

1830 – La Belgique va conquérir définitivement son indépendance aux dépens de la Hollande, maîtresse des Belges depuis le congrès de Vienne à la suite de la révolution bruxelloise. La Belgique renonce à la Flandre zélandaise, au Brabant du Nord et à une partie du Limbourg. La partie germanophone du Luxembourg reste à Guillaume Ier.


De l’indépendance à nos jours

1831 – La conférence de Londres reconnaît l’indépendance de la Belgique. La Constitution est promulguée et la couronne est remise à Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha qui devient roi des Belges sous le nom de Léopold Ier (1831-1865). Guerre belgo-hollandaise.

1839 – Guillaume Ier reconnaît l’indépendance belge. La Belgique surmonte de graves difficultés économiques (disette en Flandre 1845-1848) et s’engage dans la « révolution industrielle ». Le Luxembourg, uni économiquement à l’Allemagne depuis 1842, connaît un grand essor industriel.

1865-1909 – Règne de Léopold II .

1890Indépendance du Luxembourg. Adolphe de Nassau est grand-duc de 1890 à 1905. Guillaume IV lui succède (1905-1912).

1894 – Le suffrage universel est établi en Belgique.

1908 – Le Congo , propriété de Léopold II depuis 1885, devient colonie belge.

1909Albert Ier devient roi des Belges.

1912Marie-Adélaïde devient grande-duchesse de Luxembourg.

1914-1918Première Guerre mondiale . L’Allemagne occupe le Luxembourg et presque toute la Belgique dont Albert Ier, le Roi-Soldat, dirige la résistance : prise de Liège, de Namur, de Bruxelles, d’Anvers. L’armée belge se replie sur le littoral : bataille de l’Yser à laquelle met un terme l’inondation des polders. Le front se reporte sur le saillant d’Ypres, puis les monts de Flandre.

1919 – Au traité de Versailles, la Belgique récupère Eupen, Malmedy, Moresnet, St-Vith. La grande-duchesse Charlotte de Luxembourg succède à sa sœur Marie-Adélaïde contrainte d’abdiquer.

1922 – Union économique belgo-luxembourgeoise ou UEBL.

1934 – Mort accidentelle d’Albert Ier à Marche-les-Dames. Léopold III lui succède (1934-1944). L’année suivante, en 1935, la reine Astrid, épouse de Léopold III, meurt dans un accident de voiture à Küssnacht en Suisse.

1940-1944Seconde Guerre mondiale . L’Allemagne occupe la Belgique et le Luxembourg. Bataille des Ardennes et siège de Bastogne.

1944-1951 – Après la guerre se déclenchent de violentes manifestations liées à la « question royale ». Charles de Belgique, frère de Léopold II, devient alors régent.

1948 – Union douanière Benelux : Be lgique- Ne derland- Lux embourg.

1951 – Confronté à la menace d’une véritable guerre civile, Léopold III abdique en faveur de son fils qui devient roi des Belges sous le nom de Baudouin Ier .

1957 – La Belgique et le Luxembourg sont membres de la C.E.E. (Communauté économique européenne). Bruxelles est la capitale de la C.E.E.

1960 – L’Union économique Benelux, instituée en 1958, entre en vigueur. Le gouvernement Eyskens accorde l’indépendance au Congo qui devient le Congo-Kinshasa, puis le Zaïre. Mariage du roi Baudouin avec doña Fabiola de Mora y Aragón.

1964Jean de Nassau , grand-duc de Luxembourg, succède à la grande-duchesse Charlotte.

1966 – L’OTAN s’établit à Bruxelles.

1977 – Accord prévoyant trois régions fédérées : Bruxelles, Flandre, Wallonie.

1980 – Vote de la régionalisation : nouvelles institutions en Flandre et en Wallonie.

1989 – La région de Bruxelles-Capitale dispose désormais d’un pouvoir législatif (conseil) et d’un pouvoir exécutif (gouvernement).

1993 – Mort de Baudouin Ier. Albert II lui succède. Par l’accord dit de « la St-Michel », la Belgique devient un État fédéral, composé de trois régions (Flandre, Wallonie et Bruxelles-capitale) et de trois communautés (flamande, française et germanophone).

1996 – Le scandale Dutroux éclate. L’arrestation de Marc Dutroux, inculpé de l’enlèvement, de la séquestration, du viol et de la mort de plusieurs jeunes filles, provoque une grande émotion auprès de la population belge. Quelques mois plus tard, 300 000 personnes participent à la « Marche Blanche », exprimant ainsi leur soutien aux parents des enfants disparus.

2000 – Jean de Nassau abdique en faveur de son fils, Henri de Nassau .

2001 – Faillite de la compagnie aérienne belge Sabena, la faillite la plus importante dans l’histoire de la Belgique. Les accords du Lambermont accordent des compétences supplémentaires aux régions et aux communautés et le refinancement des communautés.

2002 – Introduction officielle de l’euro.

2005 – La Belgique fête le 175e anniversaire de son indépendance.

13 décembre 2006 – La chaîne de télévision francophone RTBF diffuse un faux journal d’information dans lequel elle affirme que la Flandre vient de déclarer unilatéralement son indépendance. L’émission brise un tabou et suscite de nombreuses réactions chez les Flamands et les Wallons.

10 juin 2007 – Les élections législatives sont remportées par les démocrates-chrétiens flamands et par les libéraux francophones. Les deux groupes ne parviennent pas à s’entendre sur l’évolution des institutions fédérales. Les Flamands réclament plus d’autonomie, les francophones refusent. Début d’une crise politique sans précédent dans le pays.

Haut de page