MICHELIN Voyage Découvrez le monde avec LeGuideVert
Accueil > > > > > > Le Carnaval Rio de Janeiro

Partir au Brésil

Où Dormir ?

Voir les 221 Hôtels Rio de Janeiro

Bons plans hotels Rio de Janeiro

Voir tous les Bons Plans Hôtels Rio de Janeiro

Le Carnaval

Agrandir la carte

Le Carnaval

Chaque année, à la période fin février-début mars, la ville est en effervescence. En effet, le Carnaval, événement auquel on associe immanquablement l’image de Rio, assure le spectacle. Pendant quatre jours, la ville parade, se donne à voir et à vivre.

Hérité du entrudo portugais (fête de trois jours précédant le Carême), le Carnaval de Rio de Janeiro ne fut adopté comme grande manifestation populaire que dans les années 1920.

La première école de samba fut créée en 1928 dans le quartier de Mangueira. Par la suite, d’autres écoles apparurent dans la ville : à l’origine, de simples associations de voisins et amis réunis pour construire un char allégorique destiné au défilé, qui sont devenues une véritable industrie brassant des dollars par millions.


Les écoles de samba

Les écoles de samba peuvent compter entre 3 000 et 5 000 membres. Ces derniers prennent part au défilé, mais ils participent également à la fabrication des chars, des déguisements et des effets spéciaux.

Les 20 plus grandes écoles de samba appartiennent au Grup Especial , qui défile le dimanche et le lundi – les nuits les plus populaires –, tandis que les écoles du Grupo de Acesso défilent le vendredi et le samedi. Les écoles entrent dans le Sambódromo par l’Avenida Presidente Vargas, dans la partie appelée Armação, et achèvent leur parade Praça da Apoteose. Elles ont exactement 90 mn pour parcourir les 700 m de l’ancienne Avenida Marquês de Sapucaí.

Le défilé est une compétition officielle et un jury d’experts évalue le spectacle des écoles, qui peuvent monter ou baisser en catégorie, selon leur performance.

À noter – Les règles du défilé, le thème du Carnaval et le jury changent tous les ans.


Le Sambódromo

Créé par Oscar Niemeyer (c’est d’ailleurs son œuvre architecturale la plus visitée !), le Sambódromo est le principal lieu où se déroule le spectaculaire Carnaval de Rio. Avant son ouverture en 1984, il s’agissait d’une rue normale de la ville. Aujourd’hui, ses 700 m de longueur sont flanqués de gradins de béton et de tribunes (d’une capacité de 60 000 personnes). Les soirs de défilés – mais aussi pendant les répétitions avant l’événement –, c’est l’un des endroits les plus animés. Les écoles de samba et leurs gigantesques chars allégoriques parcourent l’avenue, en chantant la samba-enredo et en dansant au rythme des percussions.

En dehors du Sambódromo, il existe un carnaval de rue : des fêtes animées par les orchestres que la foule accompagne en dansant le long d’un parcours défini et en suivant les blocos (groupes de personnes qui dansent et chantent dans les rues, au son des percussions). Les plus connus sont la Banda de Ipanema, le Cordão do Bola Preta, dans le Centre, et le Suvaco do Cristo, au jardin botanique.

À noter – Les clubs et hôtels organisent également d’innombrables bals masqués en présence d’artistes internationaux.


Les règles de l’art

Voici les éléments-clés pour ne pas passer à côté d’un spectacle minutieusement organisé sous des airs débridés.

Comissão de frente – Jusque dans les années 1970, les membres de la direction de l’école, réunis en commissions, souhaitaient la bienvenue en habits d’apparat et ouvraient le défilé. Aujourd’hui, composée de 15 personnes, la Comissão de frente est chargée de présenter le thème de l’école, par une chorégraphie ou une mise en scène élaborée.

Carro abre-alas – C’est le char allégorique qui ouvre le défilé d’une école. Le symbole de l’école (un lion, un aigle, etc.) ou son blason y sont souvent représentés.

Mestre-Sala et Porta-Bandeira – Ils incarnent et représentent l’école, dont ils portent le drapeau.

La Porta-Bandeira tournoie avec le drapeau, protégée et aidée par le Mestre-Sala. Lorsqu’il est présenté à quelqu’un ou à une autorité, le drapeau doit être délicatement embrassé.

Alas – Ce sont les divisions, les « ailes » des écoles, comme la traditionnelle Ala das Baianas, normalement composée de femmes, représentant les « tantes » bahianaises, gardiennes de la tradition de la samba. Il existe d’autres ailes traditionnelles, comme celle de la « Velha Guarda » de l’école, avec ses membres historiques.

Carros alegóricos – Ces chars somptueusement décorés développent un aspect du enredo , comprenant parfois de nombreux danseurs dans les chorégraphies, et des effets de son et lumière, au succès assuré.

Destaques – Ce sont les personnalités de l’école ou du monde artistique qui jouent un rôle sur un char allégorique ou dans une aile.

Passistas – Ce sont les meilleurs danseurs de l’école, ceux qui ont la « samba dans le pied ». Les femmes s’habillent de façon osée, tandis que les hommes dansent avec leurs percussions. Pendant tout le défilé, ils font preuve d’agilité, d’habileté et de souplesse.

Bateria – C’est le cœur et l’âme de l’école, chargée de maintenir le rythme pour ceux qui chantent le samba-enredo. La batterie est surtout composée de percussions, avec près de 300 membres. Elle est particulièrement appréciée lorsqu’elle marque un petit « arrêt », avant de poursuivre sa danse.

Samba-enredo – L’intrigue est composée tous les ans, d’après le thème retenu par l’école, à l’issue d’un concours interne. Elle est interprétée par un chanteur (puxador) et un petit ensemble de musiciens, placés sur un char qui accompagne l’École.

Diretores de harmonia – Ce sont les organisateurs du défilé, responsables de la synchronisation afin qu’il n’y ait pas de « trous » dans le défilé dus aux retards des différentes ailes.

Carnavalesco – C’est le tout-puissant directeur artistique, normalement un professionnel des arts, qui conçoit le spectacle, les déguisements, les allégories, les ailes, les thèmes, la façon dont ils seront traités et représentés, etc.

Haut de page