MICHELIN Voyage Découvrez le monde avec LeGuideVert
Accueil > > > > > > Roucas Toumba : le nouveau "monstre" de Vacqueyras Provence

Restaurants à proximité

Voir tous les restaurants Provence

Roucas Toumba : le nouveau "monstre" de Vacqueyras

Roucas Toumba : le nouveau "monstre" de Vacqueyras

Emmanuel Tresmontant - 11-05-2009

Voici un vigneron comme on n’en rencontre peu en France : Éric Bouletin. Retenez bien ce nom, car l’homme et son vin fétiche, baptisé Roucas Toumba, vont faire parler d’eux dans les prochaines années !

Situé au pied des Dentelles de Montmirail à 25 km à l’Ouest du Mont Ventoux, Vacqueyras vivait jusqu’à présent dans l’ombre de ses deux prestigieux voisins : Gigondas au Nord et  Châteauneuf-du-Pape au Sud…
 
19 ans après avoir obtenu une AOC, ce village provençal dont le nom râpeux était généralement associé à de simples vins de coopérative, a aujourd’hui pris du poil de la bête et ne craint plus la comparaison ! Ses vins, moins puissants que les gigondas et plus fruités que les châteauneufs, figurent désormais sur la carte de tous les restaurants étoilés de la région Provence-Méditerranée. Un résultat qui doit beaucoup au travail accompli par les deux charismatiques « patrons » de l’appellation : Serge Férigoule, du domaine Le Sang des Cailloux, et Christian Vache, du domaine de La Monardière, deux moustachus truculents sortis tout droit des Lettres de mon Moulin !
 
Et puis Éric Bouletin vint…
 
À vrai dire, il était déjà là, ce Provençal de souche dont la famille possède une fameuse parcelle, Les Restanques de Cabassole, depuis 1723…
 
Jusqu’en 2000, Éric Bouletin apportait l’essentiel de sa récolte à la cave coopérative de Vacqueyras. Un jour, l’amour du vin le poussa à vinifier ses parcelles préférées : « Je rêvais de faire un vin qui serait une sorte de retour aux origines, c’est pourquoi je l’ai appelé Roucas Toumba qui signifie « le rocher tombé » en vieux provençal. C’est le nom que portait le domaine familial au 18e s. »
 
Avec son Roucas Toumba, Éric Bouletin est entré du jour au lendemain dans le gotha des grands vignerons de France. Ceux qui l’ont rencontré l’ont immédiatement comparé à ces illustres figures que furent Henri Jayer à Vosne-Romanée, Charles Joguet à Chinon et Jacques Reynaud à Châteauneuf-du-Pape : des poètes, à leur manière, pour qui faire un grand vin donne un sens à la vie.
 
Protégées du mistral par des cyprès, des amandiers et des oliviers, les parcelles caillouteuses et argileuses du Roucas Toumba sont pour l’essentiel plantées de vieilles vignes de grenache âgées de plus de 80 ans.
 
Le grenache, roi de Châteauneuf-du-Pape, est un cépage d’origine espagnol qui supporte bien la chaleur. Le problème est qu’il a tendance à être trop généreux et produit facilement de gros degrés… Il faut donc le brider et limiter ses rendements autant que possible pour obtenir le meilleur de lui-même. Chez  Éric Bouletin, chaque pied de vigne ne porte que 3 ou 4 grappes, soit des rendements très faibles de l’ordre de 30 hl/ha. Son grenache est ainsi expressif et épicé, avec des arômes de fruits noirs se terminant sur une note de réglisse…
 
Mais Roucas Toumba, ça n’est pas seulement du grenache, c’est aussi 27% de syrah, un cépage qui apporte au vin une note florale de violette et de la structure. C’est aussi 10% de mourvèdre, un cépage tardif qui fleurit sur des terroirs bien chauds (comme ceux de Bandol) et qui se distingue par ses tannins rugueux et sauvages… C’est enfin 3% de cépages blancs, grâce auxquels Éric Bouletin insuffle de la féminité et de la souplesse à son roc !
 
Au final, Roucas Toumba est un OVNI, un vin qui procure un choc immédiat tant est sidérant le contraste qu’il y a entre son énergie, ses aromes de fruits mûrs légèrement compotés et son élégance, sa fraîcheur, sa suavité.  
 
Toujours dans ses vignes qu’il cultive en n’utilisant ni désherbants ni engrais chimiques, Éric Bouletin obéit avant tout à son instinct. Pour se distraire, il dessine à l’encre de Chine les Dentelles de Montmirail ou s’évade à moto, mais ne part jamais en vacances au désespoir de sa compagne Junko (une sommelière venue du Japon) et de leur fils Thomas… Ses vins sont ainsi à son image : on les aime ou on ne les aime pas, en tout cas, ils sortent du lot !
 
 
Éric Bouletin
Les Restanques de Cabassole
Chemin des Aires 84 190 Vacqueyras
Tél : 04 90 12 39 36
 
9 000 bouteilles de Roucas Toumba produites sur le millésime 2007.
17 € la bouteille au domaine. Entre 23 et 25 € chez les cavistes.

Haut de page