MICHELIN Voyage Découvrez le monde avec LeGuideVert
Accueil > > > > > Histoire France

Où Dormir ?

Voir les 15241 Hôtels France

Histoire

Agrandir la carte

Histoire

Vaste creuset de populations avant même l’arrivée des Romains et jusqu’à nos jours, la France a vu dès le Moyen Âge son unité se faire grâce à l’action des rois capétiens qui centralisent le pouvoir à Paris. Cette unité s’est renforcée au tournant du 19 e s., au moment de la Révolution et de l’Empire.


Préhistoire et Antiquité

Av. J.-C.

35000 – L’homme de Cro-Magnon est établi dans la vallée de la Vézère (Périgord).

18000 – Il réalise des peintures sur les parois des cavernes (Lascaux, Niaux).

Ve-IIe millénaire – La civilisation mégalithique se répand en Bretagne (Carnac), Corse (Filitosa), Lozère, et dans la vallée des Merveilles (Alpes du Sud).

8e s. – Les Celtes, originaires d’Europe centrale, s’installent en Gaule.

Vers 600 – Les Phocéens, venus de Grèce, établissent des cités dans des anses abritées ou au débouché de vallons : Marseille, Nice, Antibes, Agde, etc.

2e s. – La civilisation celte qui avait atteint la Bretagne régresse sous les coups des Germains et des Romains. Ces derniers fondent Fréjus, comme port relais vers l’Espagne ; ils s’établissent à Aix et Narbonne.

58-52 – Jules César entreprend la « guerre des Gaules ». Il refoule les bandes germaniques et conquiert la Gaule. Cependant, en 52, il subit à Gergovie le revers que lui inflige Vercingétorix. Mais quelques mois plus tard, à Alésia, le chef gaulois est défait par le général romain.

Après J.-C.

1er s. – La Gaule romaine est divisée en provinces : Narbonnaise, Aquitaine, Lyonnaise et Belgique. L’empereur Auguste conduit une politique d’expansion et de rayonnement, dont témoignent Autun, Lyon, Orange, Nîmes…

5e s. – Implantation du christianisme : de nombreux monastères sont érigés à Marseille, Marmoutier, Arles, Lyon, Troyes, etc.


Les Mérovingiens

451 – Mérovée, roi des Francs Saliens de Tournai, remporte la victoire des champs Catalauniques (près de Châlons-en-Champagne) sur Attila.

476 – Chute de l’Empire romain d’Occident ; les Barbares occupent la Gaule.

498 – Baptême de Clovis, roi des Francs, par saint Remi à Reims.

507 – À Vouillé, près de Poitiers, Clovis bat et tue Alaric II, roi des Wisigoths.

6e s. – Des insulaires venus de Grande-Bretagne, accompagnés d’évangélisateurs, supplantent les Celtes en Bretagne.

732 – Au nord de Poitiers, à Moussais-la-Bataille, Charles Martel arrête la progression arabe en Aquitaine.


Les Carolingiens

751 – Pépin le Bref se fait élire roi des Francs à Soissons.

800 – Charlemagne, fils aîné de Pépin le Bref, est couronné empereur d’Occident à Rome. Son règne est marqué par une belle renaissance culturelle.

820 – Début des incursions des Normands, venus du Danemark, de Norvège et de Suède. Ils remontent la Seine et fondent des postes fixes le long du fleuve.

843 – Le traité de Verdun partage l’Empire carolingien entre les fils de Louis le Pieux. Charles le Chauve reçoit la zone occidentale.

910 – Fondation de l’abbaye de Cluny, qui sera à la tête d’un empire monastique.

911 – L’accord de St-Clair-sur-Epte, conclu entre Charles le Simple et Rollon chef des Normands, institue le duché de Normandie, où sont établies d’importantes abbayes : St-Wandrille, Jumièges, Fécamp.


Les Capétiens directs

987 – Hugues Capet est élu roi des Francs à Senlis et sacré à Noyon. En faisant couronner son fils aîné de son vivant, il installe sa dynastie qui ne devient réellement héréditaire qu’avec Philippe Auguste en 1180.

1066 – Guillaume le Bâtard, parti de Dives en Normandie, débarque outre-Manche. Par sa victoire d’Hastings, il devient roi d’Angleterre. Pour le roi de France, le Conquérant est un vassal redoutable. La reine Mathilde gouverne la Normandie.

1095 – Prêche de la première croisade à Clermont pour délivrer les Lieux saints.

1137 – Mariage de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine ; sa rupture, quinze ans plus tard, est une catastrophe politique pour les Capétiens : elle est à l’origine de la guerre de Cent Ans.

1180-1223 – Philippe Auguste succède à Louis VII. Paris est une véritable capitale. Il conquiert la Normandie, le Maine, la Touraine, l’Anjou et le Poitou.

1209-1244 – Croisade contre les « albigeois » ou cathares, en Languedoc.

1214 – La victoire de Bouvines (près de Tournai) remportée par Philippe Auguste sur l’empereur Othon IV et le comte de Flandre est considérée comme la première manifestation d’un sentiment national en France.

1226-1270 – Louis IX – Saint Louis – consolide les conquêtes de Philippe Auguste.


Les Valois

La guerre de Cent Ans (1337-1475) – Cette guerre qui s’étend sur six règnes est à la fois un affrontement politique et dynastique entre les Plantagenêts et les Capétiens et un conflit de droit féodal sur les prérogatives de la suzeraineté et les règles successorales. C’est une période de misère engendrée par les troubles nés du brigandage, du pillage par les grandes compagnies, et où la pauvreté, la maladie (peste noire de 1348-1349) et le désordre de l’Église plongent la population dans le désarroi.

1337 – Philippe VI de Valois doit défendre son royaume contre les prétentions d’Édouard III d’Angleterre (petit-fils, par sa mère, de Philippe le Bel). C’est le début de la guerre. Trois ans après le revers de Crécy, en 1349, Clément VI est alors le 4e pape d’Avignon ; Philippe VI négocie avec Humbert II l’achat du Dauphiné jusqu’alors terre d’Empire.

1356 – Jean le Bon perd la bataille de Poitiers devant le Prince Noir. Il est emprisonné à Londres.

1364-1380 – Sous Charles V, Du Guesclin rétablit l’ordre dans les campagnes. Après le désastre d’Azincourt, puis l’entrevue de Montereau, Jean sans Peur, duc de Bourgogne, bascule dans l’alliance anglaise.

1429 – Après avoir reconnu le roi à Chinon, Jeanne d’Arc délivre Orléans ; elle empêche ainsi l’armée de Salisbury de franchir la Loire et de faire la jonction avec les troupes anglaises stationnées dans le Centre et le Sud-Ouest.

1436 – Paris, la Normandie et la Guyenne sont libérées.

1453 – La victoire de Castillon-la-Bataille marque le dernier affrontement de la guerre de Cent Ans qui se conclut, vingt-deux ans plus tard, par le traité de Picquigny.

1515 – François I er remporte la bataille de Marignan sur les Suisses alliés au pape.

1520 –Entrevue du Camp du Drap d’or à Guînes : François Ier essaie de convaincre Henri VIII de ne pas s’allier à Charles Quint.

1539 –Ordonnances de Villers-Cotterêts promulguées par François I er : elles imposent la tenue de registres d’état civil dans les paroisses, réforment la justice en interdisant aux artisans et aux compagnons de s’associer, en instituant le secret de l’instruction criminelle et en astreignant tout le personnel de justice à rédiger en français ses actes.

1559 –Par le traité de paix du Cateau-Cambrésis, Calais, Metz, Toul et Verdun reviennent à la France.

Les guerres de Religion (1562-1598) –Ce nom désigne la crise de trente-six ans durant laquelle se superposent les désordres religieux entre catholiques et protestants et un conflit politique complexe. Les guerres qui menaçaient depuis le tumulte d’Amboise commencent à Wassy en 1562 avec le massacre des protestants. Dreux, Nîmes, Chartres, Longjumeau, Jarnac, Moncontour, St-Lô, Valognes, Coutras, Arques, Ivry… les jalonnent. La paix de St-Germain en 1570, le massacre de la St-Barthélemy en 1572 en marquent les temps forts.

La Ligue formée par les Guises et les Montmorency, catholiques, joue l’appui espagnol et rivalise avec les Bourbons, les Condés et les Coligny, huguenots, soutenus par l’Angleterre. Les ligueurs, opposés aux tentatives de centralisation monarchique, obtiennent la convocation d’états généraux à Blois. Henri III, inquiet du pouvoir que prend Henri de Guise, ordonne son assassinat le 23 décembre 1588. La mort du duc, chef de la Ligue, ouvre au roi, soutenu par Henri de Navarre (futur Henri IV), la route de Paris.

L’abjuration solennelle du protestantisme par Henri IV en 1593 et l’édit de Nantes en 1598 permettent la pacification du royaume, mettant ainsi un terme à la crise.


Les Bourbons

Le règne de Henri IV

Arrivé sur le trône de France en 1589 (il règne jusqu’en 1610), Henri IV va restaurer l’image du pays. Il rattache la Bresse, le Bugey et le Valromey. Il nourrit un grand dessein économique. Sully, son vieil ami huguenot, applique ses qualités de gestionnaire et d’organisateur au redressement des finances publiques, au creusement de canaux, à la création de routes et de ports.

Olivier de Serres conforte Sully dans sa conviction que « labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France ». Le roi médiatise cette valeur en souhaitant que les paysans mettent « la poule au pot chaque dimanche ».

Louis XIII et la Régence

1610 – Louis XIII n’a que 9 ans à la mort de son père, Henri IV. L’activité des ports intérieurs et l’extension urbaine se poursuivent (Orléans, La Rochelle, Montargis, Langres). Le règne, marqué par une rébellion de grands seigneurs, est illustré par saint Vincent de Paul, précurseur des œuvres sociales, et dans le domaine des idées, par le Discours de la méthode (1637) où Descartes fonde son raisonnement sur le doute systématique, à l’origine d’une révolution intellectuelle dont la géométrie analytique est l’un des premiers fruits.

1624 –Richelieu (1585-1642), Premier ministre, amenuise l’importance politique du protestantisme, réduit la noblesse par quelques exécutions exemplaires (Montmorency, Cinq-Mars) et le démantèlement de ses châteaux. Il renforce le rôle de la France en Europe (guerre de Trente Ans). En 1635, il fonde l’Académie française.

1643-1661 – Anne d’Autriche assure la régence pour son fils âgé de 5 ans et confirme Mazarin comme Premier ministre.

Louis XIV, le roi-soleil

1648 –Les traités de Westphalie concluent la guerre de Trente Ans, reconnaissant à la France ses droits sur l’Alsace (sauf Strasbourg et Mulhouse) et consacrant l’usage du français comme langue diplomatique.

1662 – La première année du règne personnel de Louis XIV se couronne par l’achat de Dunkerque. La ville devient un repaire de contrebandiers et de corsaires au service du roi.

1678 – Le traité de Nimègue marque la fin de la guerre de Hollande, la restitution par l’Espagne de la Franche-Comté et de 12 places dans les Flandres, la reconquête de l’Alsace : Louis XIV fait assurer les frontières par Vauban. L’affaire de la Régale qui oppose durant vingt ans le clergé de France et le roi à la papauté, la révocation de l’édit de Nantes en 1685, la répression menée contre les camisards en 1702 jalonnent une politique religieuse difficile.

1715 – Louis XIV s’éteint en 1715, ses soixante-douze ans de règne auront marqué la France et l’Europe. Philippe d’Orléans assure la r égence jusqu’en 1723.

Des rêves aventureux vers l’Orient –Un siècle après que Jean Ango et Jacques Cartier ont sillonné les océans, Colbert fonde en 1664 la Compagnie des Indes orientales.

Louis XV le bien-aimé

Son règne (1723-1774) est marqué par la perte de la plupart des terres lointaines (Sénégal, Québec, Antilles, Indes) mais, à l’intérieur, par une modération fiscale qui permet une aisance croissante, une amélioration du niveau de vie (succès de l’épargne) et une période de calme propice à l’agriculture (extension des prairies artificielles, introduction de la culture de la pomme de terre).

1766 –Réunion de la Lorraine à la France.

1769 –La Corse est rattachée à la France.

Le règne de Louis XVI

Louis XVI monte sur le trône en 1774. Mais des crises financière, politique et sociale troublent son règne. Les gaspillages de la cour, la baisse des revenus agricoles et de mauvaises récoltes ne font qu’accroître le mécontentement populaire. En politique extérieure, La Fayette participe à la guerre d’Indépendance des États-Unis contre l’Angleterre (le traité d’Indépendance est signé à Versailles en 1783).


La Révolution

La Révolution française est la crise, longue d’une décennie, qui met fin à l’Ancien Régime. Hâtée par les revendications des philosophes à l’encontre de l’absolutisme royal, des institutions et des privilèges hérités de la féodalité et ne répondant plus à une charge sociale effective, la Révolution est provoquée par une crise financière désastreuse.

Les principaux actes se déroulent à Paris et se répercutent en province (Lyon, Nantes…) et dans les campagnes.

Les grands événements qui l’ont marquée sont :

1789 – Réunion des États généraux qui se transforment en Assemblée nationale déclarée Constituante, prise de la Bastille (14 Juillet), abolition des privilèges, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, création des départements ;

1790 – Constitution civile du clergé ;

1791 – Fuite du roi, reconnu à Varennes, ramené à Paris et suspendu de ses fonctions ;

1792 – Kellermann et Dumouriez contraignent les Prussiens à la retraite à Valmy, sauvant ainsi la France de l’invasion ; proclamation de la République française une et indivisible ;

1793 – Exécution de Louis XVI, insurrection vendéenne, répression du soulèvement dans le Midi et siège de Toulon ;

1794 – La Grande Terreur ;

1795 – Adoption du système métrique ;

1799 –Coup d’État du 18 Brumaire qui met fin au Directoire et le remplace par le Consulat. Bonaparte, Premier consul, reconstitue les administrations centrales, rétablit les taxes, la perception des impôts, remet en place l’organisation judiciaire et l’organisation départementale. Il ordonne la rédaction du Code civil.


L’Empire

1804 –Le 2 décembre, Napoléon Ier est sacré empereur des Français, à Notre-Dame de Paris, par le pape Pie VII.

1805 –Napoléon abandonne le camp de Boulogne d’où se préparait l’invasion de l’Angleterre. L’échec de Trafalgar laisse aux Anglais la maîtrise des mers. Les Autrichiens sont vaincus à Ulm et les Austro-Russes à Austerlitz.

1806 –Le blocus continental, destiné à ruiner l’Angleterre en la privant de ses débouchés commerciaux sur le continent, implique une politique d’annexions. La Prusse est écrasée à Iéna.

1807 –Les Russes sont vaincus à Eylau et à Friedland.

1808 –Guerre d’Espagne.

1809 –L’Autriche est écrasée à Wagram.

1812 –Campagne de Russie.

1813 –Après la défaite de Leipzig, l’Europe entière se ligue contre Napoléon. La campagne de France révèle le génie stratégique de l’Empereur, mais ne peut éviter la prise de Paris et l’abdication de Fontainebleau (20 avril 1814).

Ces guerres font plus d’un million de morts du côté français.


La Restauration

1814 – Règne de Louis XVIII.

1815 –Les Cent-Jours (20 mars au 22 juin) sont une tentative de rétablissement de l’Empire qui s’achève par la défaite de Waterloo.

Retour de Louis XVIII. La France est ramenée à ses frontières de 1792.

Au congrès de Vienne, Talleyrand replace la France dans le concert européen.


La monarchie de Juillet

1830 – La promulgation des ordonnances, suspendant en particulier la liberté de la presse, donne le signal des journées révolutionnaires des Trois Glorieuses (27, 28, 29 juillet) qui chassent les Bourbons. Avènement de Louis-Philippe.

L’industrialisation – Dès le règne de Louis-Philippe se dessine la civilisation industrielle. Elle met en œuvre les progrès de la science, ceux des techniques et l’évolution des mentalités où interviennent les notions de performances et d’applications pratiques. L’ère du machinisme débute avec l’utilisation de la vapeur et de la houille blanche.

L’industrialisation se concentre sur les gisements de matières premières ou à proximité des sources d’énergie : Nord, Est, Paris, Lyon, Marseille, Dunkerque, St-Étienne, Montbéliard, Caen, Mulhouse, vallées alpines et pyrénéennes ou du Massif central.


La IIe République et le Second Empire

1848 – Louis Napoléon Bonaparte est élu président de la République au suffrage universel.

1851 – Lors d’un coup d’État, le 2 décembre, il dissout l’Assemblée législative et s’octroie la présidence de la République pour dix ans.

1852 – Le Second Empire est plébiscité (2 décembre) : Napoléon Bonaparte devient Napoléon III.

1855 –Exposition universelle à Paris.

1860 –La France reçoit Nice et la Savoie.

1870 –Le 19 juillet : déclaration de guerre à la Prusse. Le 2 septembre, la capitulation de Sedan marque la chute du Second Empire. Le surlendemain au matin, l’émeute gronde à Paris, la république est proclamée. Mais la route de la capitale est ouverte aux troupes ennemies qui l’atteignent et l’investissent.


La IIIe République

1870 –Après la défaite de Sedan, proclamation de la IIIe République le 4 septembre à l’Hôtel de Ville de Paris.

1871 –La Commune de Paris (du 21 au 28 mai). La même année, par le traité de Francfort, la France perd l’Alsace, sauf Belfort, et une partie de la Lorraine.

1881 –Lois de Jules Ferry : enseignement primaire, gratuit puis obligatoire.

1889 –Inauguration de la tour Eiffel construite pour l’Exposition universelle.

1895 –Condamnation du capitaine Dreyfus. Émile Zola s’engage dans l’Affaire.

1904 –Entente cordiale : rapprochement de la France et l’Angleterre.

1905 –Loi de séparation des Églises et de l’État.

La Grande Guerre 1914-1918

Le 3 août 1914, l’Allemagne viole la neutralité belge, engage la bataille des frontières, puis déclare la guerre à la France. La résistance en Belgique et en Lorraine et les retours offensifs des Français sur Guise et sur la Meuse dérèglent le plan de l’état-major allemand de fondre sur Paris par le nord et la vallée de l’Oise ; les armées française et britannique refluent en deçà de la Marne. Les Allemands foncent alors sur la Seine pour atteindre la capitale par l’est. Devant cette situation, Joffre, secondé par Gallieni, ose une manœuvre délicate et prend l’armée allemande en plein mouvement sur son flanc droit. L’armée de Maunoury, la garnison de Paris et 4 000 territoriaux conduits au front par 600 taxis parisiens gagnent, le 13 septembre, la première bataille de la Marne. Simultanément, Foch et Franchet d’Esperey attaquent.

La guerre de position (septembre 1914-mai 1918) – Les armées se terrent alors dans des tranchées. Les attaques destinées à forcer la décision en perçant le front échouent (Artois en mars, Champagne en septembre 1915). Il faut se résoudre à grignoter chaque position.

Verdun (16 février 1916-20 août 1917) est le point culminant de la guerre, le champ du courage et du patriotisme, où le général Philippe Pétain (1856-1951), le grand vainqueur de Verdun, stoppe l’offensive ennemie.

Destinées à desserrer l’étau de Verdun, les offensives échouent ou ne réussissent que partiellement.

Le 2 mars 1918, sur le front oriental, à Brest-Litovsk, l’Allemagne dicte à Lénine et à Trotski les conditions de la paix qu’ils ont demandée.

En juin 1918, l’ennemi est encore à moins de 80 km de Paris, et ce n’est que le 9 juillet que la 39 e division française et la 2 e division américaine parviennent, au bout de cinq semaines de combat, à le déloger de la cote 204 (seconde bataille de la Marne).

Foch, généralissime des troupes alliées, reprend l’initiative sur tout le front ; le 26 septembre, il déclenche l’offensive générale qui décide l’Allemagne à envoyer ses plénipotentiaires à Rethondes pour signer l’armistice, le 11 novembre 1918.

1919 – Traité de Versailles (28 juin) : fin de la Première Guerre mondiale.

Les difficultés de l’entre-deux-guerres

À partir de 1931, la France rentre dans une période de crise économique et politique marquée par une instabilité ministérielle et des scandales politiques.

En 1934, les manifestations et les affrontements du 6 février aggravent la division politique qui débouche sur le Front populaire (1936-1938).


La Seconde Guerre mondiale

En juin 1940, les troupes allemandes submergent la France ; la défaite contraint le gouvernement du maréchal Pétain à demander l’armistice (signé le 22 juin).

Dès l’appel de De Gaulle (18 juin 1940) et durant toute l’Occupation, la Résistance se développe et s’organise sur le territoire national. Par la force morale de ses héros, le martyre de ses 20 000 fusillés et 115 000 déportés, le courage de ses combattants, elle a facilité la libération. Dès l’été, les Forces françaises libres, composées surtout des troupes de Norvège et des volontaires de l’empire colonial français, poursuivent la guerre aux côtés des Alliés et s’illustrent par l’épopée Leclerc au Sahara, en Tripolitaine, dans le sud tunisien et en Syrie.

En 1942, la France entière est occupée, la flotte se saborde à Toulon. En 1944, débarquement allié en Normandie en juin, en Provence en août puis libération de Paris. Le 7 mai 1945, capitulation allemande à Reims.


La Ve République

1946 – IVe République.

1957 – Traité de Rome: naissance de l’Euratom et de la Communauté économique européenne (France, RFA, Italie, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg).

1958 – V e République mise en place par le général de Gaulle, rappelé au pouvoir suite à la crise algérienne. Approbation, par référendum, de la Constitution inspirée par le général de Gaulle.

1958 – Entrée en vigueur de la Communauté économique européenne (CEE).

1962 – Référendum instituant l’élection du président de la République au suffrage universel. Fin de la guerre d’Algérie.

1968 – Événements de Mai 1968.

1969 – Élection du président Georges Pompidou (16 juin). Dans le domaine politique, modernisation des infrastructures du pays. Le smic (le salaire minimum) est mis en place. Craignant la prépondérance d’une Allemagne orientée par l’ Ostpolitik , le président Pompidou est favorable à l’élargissement de la Communauté européenne à la Grande-Bretagne (par référendum en 1972), mais également à l’Irlande, au Danemark et à la Norvège.

1974 – Élection du président Valéry Giscard d’Estaing (19 mai). Au niveau social, réformes importantes : libéralisation de la contraception, loi Veil sur l’IVG, majorité à 18 ans, divorce par consentement mutuel. Parallèlement, inflation et montée du chômage consécutives à la crise économique mondiale. Collaboration étroite avec l’Allemagne notamment pour la création du Système monétaire européen (SME).

1981 – Élection du président François Mitterrand (10 mai). Inauguration de la ligne TGV Paris-Lyon. Nombreuses réformes politiques et sociales : abolition de la peine de mort, retraite à 60 ans, 39 heures payées 40, décentralisation. Différents gouvernements se succèdent au fil des ans. Ils doivent faire face à la crise économique (politique de rigueur et de privatisation).

1986 et 1993 – Les socialistes perdent les élections législatives ; situation inédite dans l’histoire de la V e République avec deux cohabitations : un président de gauche et un gouvernement de droite.

1988 – Réélection de François Mitterrand à la présidence.

1992 – Ratification du traité de Maastricht par la France (2 juillet).

1994 – Inauguration du tunnel sous la Manche (6 mai).

1995 – Élection du président Jacques Chirac (7 mai). Importance de l’axe franco-allemand dans la construction européenne.

1997 – Nouvelle cohabitation (inversée : président de droite et gouvernement de gauche). Mise en place des « 35 heures » par semaine, nouvelle durée légale du travail.

2000 – Réduction de la durée du mandat présidentiel de 7 à 5 ans approuvée par référendum (24 septembre).

2002 – Le franc est remplacé par l’euro (1 er janvier).

2002 – Réélection de Jacques Chirac à la présidence (5 mai). Le quinquennat entre en vigueur. En politique étrangère, la France s’oppose aux États-Unis en ce qui concerne l’intervention armée en Irak.

2004 – Traité de Rome établissant une Constitution pour l’Europe (29 octobre).

2005 – La France rejette par référendum le projet de Constitution européenne (29 mai). Ce refus, avec celui des Pays-Bas, met un coup d’arrêt au projet de réforme des institutions de l’UE.

2007 – Élection à la présidence de la République de Nicolas Sarkozy (6 mai).

Février 2008 – Ratification par le Parlement français du traité de Lisbonne, qui modifie les grands traités de l’Union européenne.

Juillet 2008 – La France préside, pour six mois, l’Union européenne.

Haut de page