MICHELIN Voyage Découvrez le monde avec LeGuideVert
Accueil > > > > > > À la conquête du monde Amsterdam

Partir aux Pays-Bas

Où Dormir ?

Voir les 293 Hôtels Amsterdam

Top recherches Pays-Bas

À la conquête du monde

Agrandir la carte

À la conquête du monde

Enrichis par la fermeture du port d’Anvers (1585), les Hollandais se lancent à la conquête du monde sous la houlette de navigateurs tels Barents, Hudson et Tasman.


Les Compagnies des Indes

mstellodamois reviennent de Java. Les récits des marins et les chargements exotiques (dont du poivre) enflamment l’esprit industrieux des Hollandais. Aussi est-il décidé de créer une compagnie unique à qui le monopole serait confié vers les marchés orientaux, laquelle aurait le droit de faire la guerre et de négocier des traités avec les souverains lointains. Le 20 mars 1602 naît la Compagnie des Indes orie ntales (VOC), dont la direction est confiée aux Heren XVII (les « 17 Messieurs ») représentant six villes de la république. Financée par de riches marchands et de petits actionnaires, la VOC éclipse ses rivales. De 1602 à 1791 (date de sa dissolution), elle envoie un million d’Européens à bord de 4 785 navires et traite plus de 2,5 millions de t de marchandises. En 1619, la VOC établit son quartier-général à Batavia (Jakarta – fondée par Jan Pietersz Coen) et développe des comptoirs à travers toute l’Asie et au cap de Bonne-Espérance (ancêtres des Afrikaaners). En 1621, la Compagnie des Indes occidentales (WIC) est créée pour conquérir les marchés de l’Afrique et de l’Amé­rique. Dirigée par les Heren XIX, elle s’établit en Amérique du Nord (dont la future New York), dans les Caraïbes, au Surinam et sur la Côte d’Or (Ghana), tout en s’adonnant à la traite des Noirs et au piratage des navires espagnols…


Grand magasin européen

Les activités des compagnies alimentaient le développement d’Amsterdam qui vit alors son Siècle d’or (expansion économique, démographique, épanouissement des arts). La cité se dote d’une bourse (1607) puis d’une banque (1609), embryons du capitalisme à venir. La ville devient la première puissance économique et maritime européenne. Voyez l’Atlas portant le monde sur la façade du palais royal, symbole de la domination de la cité marchande ! Y transitent les produits européens (métaux, tissus, cuirs, bière, vin) et asiatiques (opium, sucre, thé, soieries, laques, pierres précieuses, épices). Ces derniers représentent 60 % du fret : cannelle de Ceylan, muscade des Moluques, camphre de Taïwan, etc.

Le déclin débute à la fin du 18e s., quand le vaste empire colonial devint trop lourd à administrer, et la concurrence éclipse peu à peu le Siècle d’or.

Haut de page