MICHELIN Voyage Découvrez le monde avec LeGuideVert
Accueil > > > > > > Le grand village Amsterdam

Partir aux Pays-Bas

Où Dormir ?

Voir les 292 Hôtels Amsterdam

Le grand village

Agrandir la carte

Le grand village

Amsterdam provoque une impression de quiétude. Ses 750 000 habitants l’ont aménagée en privilégiant leur bien-être. Chacun y vit comme il l’entend, tant qu’il ne gêne pas la tranquillité des autres.


Cadre de vie exceptionnel

La ville s’apparente à un grand village où les distances sont courtes, où le silencieux vélo est roi. Chaque quartier est animé par des marchés et des petits commerces qui se maintiennent grâce à l’interdicti on faite aux grandes surfaces de s’implanter. La vie sociale est entretenue par les cafés fréquentés à tout âge. Ville et nature se côtoient en un heureux dialogue. L’eau est omniprésente. Les « parcelles vertes » apportent leur note de fraîcheur sur l’échiquier urbain : 28 parcs aux airs de campagne anglaise, cours intérieures des immeubles ( hofjes anciens ou en version moderne), jardins cachés. La municipalité tient à la qualité de l’eau et de l’air, et redéfinit sa politique environnementale tous les quatre ans.

Avec les beaux jours, la limite entre espaces public et privé s’estompe. Faute de place chez soi, les goûters ou les soirées entre amis se tiennent dans les parcs. Les trottoirs prolongent les maisons et deviennent terrains de jeux ou terrasses pour prendre l’apéritif avec les voisins. Certains y installent un banc ou plantent quelques fleurs.

Les Amstellodamois livrent leur espace intime aux regards de leurs voisins, car nuls volets ni rideaux ne masquent les fenêtres – quête de lumière dans un pays au soleil avare et affirmation d’une vie sans reproche (héritage du calvinisme).


Logements atypiques

Rançon de son succès, Amsterdam souffre du manque d’espace et se loger relève du parcours du combattant. Les trois quarts des propositions sont des locations et logements sociaux dont les listes d’attente s’étendent sur cinq ans ! Ce problème est l’occasion pour les Néerlandais de monter toute leur créativité : maisons flottantes, péniches aménagées, containers entassés se transformant en cité universitaire, entrepôts, silos, moulins ou stations de pompage rénovés, etc. Les projets à grande échelle concernent les docks de l’est (Oosterdock) devenus le laboratoire des architectes audacieux et les nouvelles îles artificielles de l’IJburg.

Enfin, les espaces abandonnés n’étant pas forcément occupés, des squatteurs -activistes animent un réseau efficace qui recherche les logements vides. Héritiers du mouvement Provo, ils accusent les promoteurs de spéculer sur les immeubles laissés à dessein inoccupés. Pour les contrer, les sociétés de construction louent les logements vacants pour une courte période et à bas prix, en attendant le début des travaux…

Haut de page